Montpellier Métropole
The Good French Tech

Montpellier, futur héros de la Tech ?

Huitième ville de France et métropole French Tech, Montpellier est aussi la cité qui compte le deuxième plus gros tissu estudiantin de l’hexagone. Entre ses grandes écoles dont les cursus spécialisés se multiplient, et l’émergence d’incubateurs et accélérateurs de start-up, Montpellier met le paquet pour attirer les investisseurs. Focus sur l’auto-proclamée « surdouée » de la région Occitanie.

Tout pour réussir

C’est avec l’installation du géant américain IBM en 1965 que débute la relation entre Montpellier et le digital. En 2014, la ville obtient le label Métropole French Tech – attribué par l’Etat aux villes les plus innovantes –  « à la surprise générale » selon Philippe Saurel, maire (DVG) depuis 2014. Une consécration pour une ville qui a toujours eu des liens étroits avec la recherche, notamment médicale (au 13e siècle, Montpellier a accueilli la première université de médecine du monde occidental). C’est donc dans ce terreau fertile qu’a été ouvert en 1987 le Business Innovation Center (BIC), classé premier incubateur mondial en 2007 par l’International Business Innovation Association. Selon Jean-Pierre Richard, entrepreneur tech installé depuis plus de 40 ans dans la région, cet engouement pour l’entrepreneuriat et pour l’innovation s’expliquerait également par l’absence de grandes industries dans la région, une situation qui aurait poussé « les ingénieurs et les chercheurs à se trouver eux-mêmes du travail, en créant leurs propres entreprises ».

Une situation qui n’est pas propre à Montpellier… Pourtant, en 2015, alors que la création d’entreprises est en net repli en France, elle augmente à Montpellier. Et bien que huitième ville de France, la capitale de l’Hérault connaît le second taux de création d’entreprises hexagonal, hors Île-de-France (derrière Bordeaux).

Plus d’entreprises, et plus d’investisseurs ! Selon Philippe Saurel, « les levées de fonds par les start-up montpelliéraines auraient bondi de 80% en 2015, pour atteindre plus de 85 millions d’euros ».

Le Business Innovation Center, inauguré en 1987 a été élu meilleur incubateur du monde pour l’accompagnement des entreprises en 2007 par l’International Business Innovation Association. Il ne quitte plus le top 10 depuis.
Le Business Innovation Center, inauguré en 1987 a été élu meilleur incubateur du monde pour l’accompagnement des entreprises en 2007 par l’International Business Innovation Association. Il ne quitte plus le top 10 depuis. Montpellier Métropole

Des jeunes (trop ?) plébiscités

Incubateurs, attractivité, innovation… à tous ces facteurs clés de succès s’ajoute le tissu estudiantin de la ville. Montpellier abrite en effet la deuxième plus grande proportion d’étudiants par habitants en France (70 000 au total) derrière Poitiers. Dans des écoles spécialisées  – Epitech pour l’informatique, la Business School pour le management – les futurs diplômés s’imprègnent « de l’ADN innovant du territoire avant, précise Philippe Saurel, de contribuer au développement des nouvelles technologies sur place ».

Revers de la médaille, « il est parfois difficile d’embaucher, notamment les développeurs, souvent très demandés après leurs diplômes », constate Joris Amilhat, fondateur de Zerosix, start-up spécialisée dans la fidélisation clients via le numérique et installée à Montpellier depuis 2 ans. Les étudiants privilégiant parfois des expériences à l’étranger ou des jobs mieux payés en région parisienne. Une fuite des cerveaux que les autorités tentent d’enrayer, avec le BIC d’une part, mais aussi en attirant des start-up étrangères et des investisseurs pour relancer la machine.

L’identité dans la diversité

Bordeaux à le e-commerce, Grenoble les maths, Tours les ultrasons… Montpellier a l’embarras du choix ! La métropole a obtenu le plus grand nombre de labellisations thématiques lors de l’attribution du label French Tech, 7 sur 9, de la santé aux objets connectés en passant par la foodtech et le sport.

Innovateurs sans frontières

Trois start-up locales ont été récemment rachetées par des grands groupes étrangers – Schlumberger, Zendesk, Medtech – qui ont conservé l’activité sur place et en ont profité pour piocher dans le vivier local, créant ainsi des emplois.

Certaines start-up étrangères font aussi le choix d’emménager dans ce hub, desservi par le TGV, proche de l’Espagne, en plein centre de l’Europe, pour se développer. Elles bénéficient du « service implantation » mis en place par les autorités locales, qui accompagne les entreprises internationales lors de leur installation.

Levées de fonds records, ouverture à l’international… celle que son ancien maire, Georges Frêche, appelait « la surdouée »  semble avoir réponse à tout. Et Montpellier ne compte pas s’arrêter là. Prochaine étape ? La création d’un nouvel incubateur, annoncée en octobre dernier, pour les jeunes entreprises qui mêlent génétique et numérique… A suivre de près.

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store